Les fleurs prennent l’espace alentour laissé libre

Et projettent leur âme au soir à la volée

Pour ancrer dans les cœurs une  lumière ailée

Et rendre au quotidien ce semblant d’équilibre …

Les fleurs inspirent humblement la rêverie félibre

Et le trouvère voit dans l’image filée

Leur fragile senteur, en échos, morcelée

Qui dans le ciel se fond mais,  éternelle, vibre.

Les fleurs dessinent en silence, un bonheur à saisir :

Que chacun, de sa brume, en devine l’esquisse

Et colore à son gré, le temps, sans artifice

Un chant neuf peut renaître en quelques notes vives ….             

Déjà l’été s’enflamme et frémit de plaisir :

Les fleurs, en leur jardin, reçoivent leurs convives !

Cécile Arielle 16 Juillet 2010

P1050466