P1060081

                                                           P1060029

 

Qui, jamais me dira le destin de ces pierres

Que le vent et l’eau vive ont ainsi façonnées

Pour qu’un jour sous nos yeux stupéfaits,  incarnées 

Elles gisent sans bruit au lit de nos rivières ?

 

Qui, jamais me dira leur chemin parcouru

D’éboulis en brisure et de chute en fêlure,

Au point de leur donner si singulière allure

Aux abords d’un étang, sous un pont disparu ?

 

Qui, jamais me dira si l’âme de ces roches

Vogue au-dessus des flots sous la lune embrumée

Quand je pense en secret comme à l’accoutumée

A vos souffles éteints si lointains et si proches.

 

Cécile Arielle 05 Août 2010

DSCF0217

Photo RAPHAËL