A ces sphères dit-on, que l’Art seul s’approprie

En servant de prétexte à snobisme et paresse

Il me plaît d’opposer la terre enchanteresse

Où l’humble  nait et vit et parfois pleure et prie

 

                Il n’a  dans son errance aucune autre Patrie

                Au soir,  que  sous ses pas, témoin  de  sa détresse,

                Un sol aride et froid pour y laisser, traîtresse,

                Une trace de lui, que le temps exproprie.

 

Un artiste est celui qui crée, innove, invente

Il n’est pas un pilleur de mots et  de couleurs 

De sons et  de parfums, de formes, de valeurs

 

                S’il aiguise ses sens, il les doit transcender

                Mais humain pour  toujours, rêve et raison garder

                Pour aimer en miroir ce que le monde évente …

 

Cécile Arielle 31 Mai 2011

P1070480

P1070460

P1070462

P1070474

P1070476

P1070458

P1070444

P1070469

P1070478

P1070475

P1070467