De la défloraison jusques au renouveau

Les roses  ont su taire  au monde  leur détresse

Et faire fi  sans peur,  de la verve traîtresse

Accablante d’un  feu,   filant son écheveau.

 

Les roses ont bravé  le tourbillon dévot

De l’haleine  d’Eole,  et   ri de la   prêtresse

Epanchant  ses sanglots en sillons qu’elle  tresse

Au gré de son humeur,   qui, sur le tact, prévaut !        

 

Ainsi vivent ces fleurs, malmenées,  adulées,

Sans connaître  jamais la fin de leur voyage

Entre couleurs pastel ou plus acidulées,

 

Elles offrent leur âme à qui veut partager

La grâce de l’instant : faveur  à propager

Des promesses de vie au dernier effeuillage !

Cécile Arielle 08 Août 2017

P1220003

P1210982

P1220001

P1210997

P1210991

P1210998

P1210999

P1220002

P1210996