P1210848

P1210665

P1210794

 

P1210970

P1210846

P1210963

 

P1210983

P1210985

P1210978

P1210971

P1210986

 

P1210977

Le ciel était de nacre et l’air doux et paisible

Aucun signe apparent,  d’un demain  redouté …

Tout au plus  mais au loin,  quelque flux  andante

Suggérant  sans le dire  un  instant  divisible.

 

En moi,  ce flou, pourtant devînt  clair et lisible.

Un vertige   soudain, comme un songe éventé

Laissant crue, et cruelle une réalité :

J’étais seule  et perdue en ce monde visible !

 

Il fallut bien marcher et juste imaginer

Tes yeux sur moi,  posés, ta main  qui me protège,

Et tes mots que  dès lors  le vent sut égrener…

 

En en semant le sens  à  sans cesse  chercher,

Pour,  dans leur doux écho, sans crainte,  m’épancher.

Et malgré moi  tourner, tourner  sur le manège !

Cécile Arielle 25 Mai 2017