P1210960

P1210950

P1210956

P1210959

 

Pour essayer de sourire ...

En journalisme,  on appelle cela des « marronniers » ! Ce sont des sujets récurrents qui ponctuent les saisons : beaucoup déjà  en ont noté la fadeur … s'en sont émus, ou ont ironisé ...

 L’éveil de la nature au printemps, les premiers w.end,  avec selon la météo d’ailleurs,  la joie ou la déception des  hôteliers, des restaurateurs,  et voilà que  déjà  s’agite le monde scolaire avec l’angoisse des examens de fin d’année, les hurlements  de joie des lauréats, l’effondrement ou l’arrogance des recalés,  que suppléent  aussitôt  les  départs des premiers vacanciers et les sempiternels bouchons sur les routes ou interminables attentes en gare ou dans les allées de l’aéroport !

Viennent sans tarder les cours miraculeux, mais onéreux,  qui vont tout à coup rendre les jeunes plus intelligents et cultivés,  avant une rentrée  toujours dite  « réussie » mais avec un panier de la ménagère toujours  affirmé « en augmentation » (et de détailler le prix d’une gomme, d’un cahier,  d’un classeur 24/32,  d’un lot de copies doubles, sans omettre la calculette imposée,  la blouse ou encore les vêtements sportifs ou simplement l’habillement pourtant  normal  et prévisible,  quand  on a des enfants et  … surprise  … qu’ils grandissent!).

C’est juste après ce jour de la rentrée,  avec force commentaires et reportages sur l’enthousiasme  des uns, les larmes des autres, les plus petits,  et l’émotion de leurs parents, que l’on saute allègrement sur la Toussaint pour préparer Noël : et là toutes les offres  rivalisent d’imagination pour  gâter les petits malins qui vont anticiper leurs achats !!!!

Vite la fièvre acheteuse s’empare avec frénésie des uns, des autres jusqu’à ce dernier jour où, en plus de prévoir un repas original,  il « faut absolument trouver un cadeau » pour la grand-tante dont l’appartement regorge d’inutilités, pour la cousine que l’on n’a plus vue depuis des années, pour le petit dernier qui d’ailleurs préfèrera toujours jouer avec les pinces à linge ou tout autre objet insolite !

Ouf, on pourrait penser avoir un peu de calme … mais non ! L’attrait de la montagne gagne les plus téméraires, les moins sportifs  aussi, ceux qui oseront la piste noire et reviendront  … avec une paire de béquilles …

Déjà les oeufs de Pâques pointent leur coquille ...

Courage donc pour ce rythme effréné … 

Mais qu'en pensez-vous ? Stop ... ou encore ???

Cécile Arielle