P1210870

P1210899

P1210866

P1210883

P1210897

P1210868

P1210894

P1210869

P1210891

P1210901

P1210890

P1210889

Depuis longtemps la mer n’est plus à mes côtés

Mais le vent dans le ciel,  pour  m’apaiser, suggère

Un effet de moutons,   illusion  passagère

Et sont alors séduits  mes  rêves  ligotés …

 

Les souvenirs  anciens  jaillissent transportés

Par ces pétales clairs,   pour m’entraîner, légère,

Aux temps  insouciants …    La mémoire exagère,

Assurément ! Les jours  de mes jeunes étés

 

N’étaient pas je le sais  sans ombres,  peints  en bleu  …

Mais l’enfance pardonne  et sourit  quand il pleut !

Les nuages s’en vont, hissent, discrets, leur voile

 

Et c’est sans préavis que soudain se dévoile

Un horizon plus sombre. Où retrouver l’allant

Sinon près du rosier qui refleurit, galant ?

 

Cécile Arielle, 17 Juin 2017