P1020901

 

P1020576

 

P1020854

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020866

Le ciel a révélé  son azur infini ;

La mer ? Je l’imagine apaisée ondoyante

Et la rose d’été s’enflamme, chatoyante

A l’horizon, pour moi, désormais défini.

 

                Si  le feu pâlissait, et devenait honni

                Peut-être qu’en miroir,  la force clairvoyante

                Et riche  de l’esprit, ouvrirait, tournoyante

                Une sente fleurie,   un  long couloir béni

 

Vers  lequel  avancer sans regrets, sans frayeur …

Et j’y découvrirais, bienfaisante, cette arche 

Au détour d’un buisson,   et ce monde meilleur ;

 

                Un univers de paix, de ferveur, de savoir

                Où près de toi toujours, je pourrais enfin voir

                Une aurore sans fin et l’éternel en marche

Cécile Arielle 14 Juin 2012

 

 

P1020723

P1020900

P1020622