P1000954

Si la terre palpite et frémit sous la mousse

Au secret du matin. Si même les oiseaux

En arpèges zélés font vibrer  les roseaux

Lorsque l’hiver frileux,  comme un peu las, s’émousse,

 

                Et si  plus vivement, la feuille se trémousse

                Au  faîte des forêts aux multiples fuseaux

                Tandis que le soleil fait jaillir en réseaux

                Quelques dessins ombrés sur la tendre frimousse

 

Enfantine et naïve, à peine offerte au jour

D’un  jeune chat, le fruit, de  rencontres peu sages …

Alors,  comment nier  depuis  mon noir séjour                                

 

                Que mon esprit,  de peine à jamais revêtu,

                S’éveille et veuille  bien,  entendre ces messages :

                Le printemps  reviendra …       mais toi, le verras-tu ?

Cécile Arielle 18 Février 2012

P1000864

P1000856

P1000863

P1000956

P1000898

P1000955

P1000875

P1000836

P1000728

P1000961