Les roses ont pâli, le ciel s’est embrumé

Les arbres ont vêtu leurs habits d’acajou

Pour éclairer un peu notre horizon trop flou

Pour donner une vie au jardin clairsemé.

L’automne brun venu, de cuivre, sublimé,

A caché sous la mousse  un tout dernier bijou :

Quelque insecte égaré qui danse comme un fou

Par la lune, coiffé, joliment costumé.

Vouloir figer le temps, ne serait pas si sage

Après tout, comme nous,  à peine de passage

L’été  s’en est allé, poliment éconduit …

Il nous faut juste emplir nos yeux de l’indicible

Et viser la lumière au loin pour seule cible

Pour ne jamais sombrer dans l’affligeant ennui.

Cécile Arielle 13 Août 2010

P1060465

                                    

                              P1060467

                                                            P1060472