Une rose a choisi d’élire domicile

Dans le jardin  secret d’une âme en devenir.

Puisse  à jamais l’esprit flou s’en ressouvenir

Accorder bienveillance  à la tige gracile   

Lorsque  dans la tourmente, elle ploie, elle oscille.

Ainsi dans le mystère où vont se désunir

Arômes et couleurs pourquoi se rembrunir ?

L’éther en gardera quelque trace fossile !

Dans l’ailleurs étoilé de splendeur mensongère

Un parfum va se perdre en un prisme moiré

Un fil relie au ciel l’or pur évaporé.

Au silence de l’être au vacarme du temps

Ne voir dans une fleur qu’une grâce légère

Un envol de lumière un éclat de printemps.

Cécile Arielle 08 Mai 2010

P1020687

                  

Photo Yves MONTALIVET